Loading...
You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

LINUM rencontre; Maria Soxbo.

Maria Soxbo est une journaliste, autrice et conférencière qui s'intéresse à l'un des problèmes les plus importants de notre époque, à savoir le changement climatique. En 2021, elle a écrit pour nous huit chroniques sur ce thème, dont chacune nous a donné matière à réflexion sur la consommation, le renouveau, et les envies constantes et irrépressibles de notre époque.

À l’occasion de cette nouvelle rencontre, nous nous réunissons autour de la collaboration de l’année dernière, nous discutons de ce qui s’est passé depuis et nous découvrons si de nouveaux chemins de pensée et de nouvelles réflexions ont vu le jour dans le sillage de la pandémie.

Maria Soxbo est journaliste, autrice et co-fondatrice du Klimatklubben.

Dites-nous Maria, que s’est-il passé depuis 2021 ? Quels projets vous attendent et sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

J’ai principalement travaillé sur mon nouveau livre, Ställ om! Allt att vinna på ett klimatsmart liv, qui sera publié en septembre 2022. C’est tellement passionnant d’écrire un livre sur le climat avec une approche positive ! En ce moment, je me consacre à la correction finale, tout en continuant à travailler sur un grand projet au sein du Climate Club, des conférences, des podcasts et des contributions journalistiques, comme d’habitude. En avril, j’ai également eu l’occasion d’animer une conférence TedX sur le greenwashing. C’était pour moi l’occasion idéale de mettre en lumière un sujet qui me passionne vraiment.

La gravité de la pandémie varie encore et toujours, mais il semble qu’elle soit actuellement à des niveaux assez bas. Comment avez-vous été affectée par la COVID-19 ? Quelles réflexions vous ont traversé l’esprit durant cette période ? Voulez-vous en partager certaines avec nous ?

J’ai été affectée comme la majorité de la population, dans la mesure où une grande partie de ce que je faisais auparavant en personne (comme par exemple des conférences) a désormais lieu par voie numérique. Cela fonctionne, mais c’est un peu plus ennuyeux bien sûr. J’ai également eu plus de temps libre et j’ai beaucoup réfléchi aux conséquences plus positives que cette pandémie a entraînées : moins de stress et plus de temps en famille. Ces réflexions ont finalement trouvé leur place dans mon livre. Cependant, je dois ajouter que j’ai eu de la chance, car je ne suis pas tombée malade, je n’ai perdu personne à cause de la pandémie et je n’ai pas non plus été en première ligne, contrairement au personnel de santé.

Pensez-vous que la pandémie ait fait changer l’humanité et que nous allons maintenant penser et agir différemment en ce qui concerne nos habitudes, nos comportements, notre attitude en matière de climat et de consommation ?

À certains égards, bien sûr. Je pense que de nombreux employeurs vont réfléchir et permettre aux employés qui le souhaitent de travailler depuis chez eux une partie du temps, car c’est manifestement possible. Un plus grand nombre de réunions continueront certainement à se dérouler par voie numérique et il y aura certainement moins de déplacements professionnels inutiles. En revanche, je ne pense pas que nous ayons développé de nouvelles habitudes en ce qui concerne les vacances. Au contraire, nous avons probablement très envie de nous envoler à nouveau vers des destinations ensoleillées, malheureusement. Les émissions de gaz à effet de serre augmentent à nouveau. À bien des égards, nous n’avons probablement pas profité de cette période étrange pour accélérer la transition, même si les conditions étaient idéales.

Pensez-vous que la question climatique ait été occultée par la pandémie ?

Sans aucun doute. Bien sûr, la pandémie a été une crise grave qu’il a fallu gérer, mais la question climatique est constamment relayée au second plan, alors qu’il s’agit en fait d’une crise qui devrait occulter tout le reste. Si l’on analyse les médias suédois en 2021, il y a eu 4,5 millions d’articles et de reportages concernant la pandémie, contre seulement 180 000 sur le climat. L’an dernier, les médias ont donc publié 25 articles sur le coronavirus pour un article sur le climat. Et alors que la pandémie a fait l’objet de 124 communiqués de presse officiels, aucun n’a encore été consacré à la crise climatique. Cette année est marquée par les élections en Suède, ce qui risque également de reporter la prise de décisions inconfortables, mais nécessaires.

Que pensez-vous qu’il adviendra des marques à l’avenir ? Beaucoup ont entamé leur « chemin d’amélioration verte » avant la pandémie et ont continué à travailler dans cette direction. À quoi pensez-vous que nous puissions nous attendre à l’avenir ?

Je crois et j’espère que de plus en plus d’entreprises accéléreront le rythme sur ce chemin, et je pense également que la législation et les instruments de contrôle seront renforcés. J’espère surtout que davantage d’entreprises prendront leurs distances avec le greenwashing, deviendront plus transparentes sur la façon dont leurs produits sont fabriqués et qu’elles commenceront à réduire les volumes de production pour investir dans une meilleure qualité et dans des services annexes, tels que l’occasion, les services de réparation et la location. Je suis passionnée par le développement de l’économie partagée et de l’économie circulaire, et je pense que les entreprises qui investiront vraiment dans ce domaine dès que possible en tireront de nombreux avantages à long terme.

Qu’avez-vous pensé de votre expérience d’écriture de chroniques pour LINUM sur ce sujet ? Cette collaboration a-t-elle ouvert de nouvelles réflexions ? Ou cela a-t-il plutôt été un résumé de pensées qui vous trottaient dans la tête depuis un moment ?

Cela a été incroyablement amusant d’écrire pour un public aussi intéressé par la décoration d’intérieur, et d’essayer de trouver les meilleurs angles d’approche sur le sujet de la durabilité ! Une grande partie de ce que j’ai écrit à ce sujet est également présent sur mon blog d’une manière ou d’une autre, mais l’écriture de chroniques m’avait vraiment manqué depuis que j’ai démissionné de mon poste chez un éditeur de journaux. C’était donc merveilleux de pouvoir à nouveau travailler sur ce format. Je veux en faire plus, c’est à la fois instructif et divertissant d’essayer de trouver une formulation aussi claire et mémorable que possible sur un sujet.

Si vous deviez nommer trois domaines qui, selon vous, « vont exploser » à l’avenir, quels seraient-ils ?

  1. Je crois que le marché de l’occasion va prendre de plus en plus de place dans notre société. Des articles de seconde main de niche, tant au niveau du style que du genre. Un changement de norme, depuis la nouveauté vers le pré-aimé !
  2. La nourriture végétarienne va devenir de plus en plus le choix évident dans de nombreux contextes. Lors des conférences, la viande devient un « régime spécial » et, lorsque nous mangeons de la viande, il est important que ce soit de la viande de pâturage suédoise qui contribue au respect de la biodiversité.
  3. Nous allons plus nous considérer comme des utilisateurs que comme des propriétaires. Il va devenir plus évident de louer un taille-haie, une tente ou une paire de patins quand on en aura besoin, plutôt que de posséder une multitude d’objets que l’on utilise au maximum une fois par an.

Maria Soxbo est journaliste, autrice et co-fondatrice du Klimatklubben. Elle a abandonné ses activités de blogueuse en design d’intérieur pour devenir greenfluenceuse et inciter davantage de lecteurs à voir les avantages d’un mode de vie durable. Elle est convaincue que la plupart d’entre nous se sentirait mieux en vivant une vie respectueuse des ressources de la planète au lieu de vider notre portefeuille et de ruiner notre santé mentale dans la roue de hamster au rythme effréné dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Aux côtés d’Emma Sundh, elle anime également le podcast Plan B, qui parle de la beauté de la vie après ce changement de mentalité. Maria a écrit au total six livres sur le climat, la durabilité et le changement, seule et en collaboration avec d’autres, et s’est hissée à la 25e place du classement des 101 Suédois les plus influents en matière de durabilité en 2021.

@mariasoxbo.se
@planbpodden
@klimatklubben.se
Mariasoxbo.se